La vraie vie – Dans l’atelier de Lorien (Wild Thing)

J’ai découvert le travail de Lorien, grâce à une vente organisée par La Fleur de Chardon.
I’ve discovered Lorien’s work thanks to a private sale planned by La Fleur de Chardon

 

Le bois raconte des histoires. Cela paraît trop poétique formulé ainsi, mais c’est un fait : quand on observe les veines qui s’entremêlent et les noeuds qui se dessinent, c’est tout le vécu de l’arbre que l’on regarde.
Lorien, ébéniste qui a fondé sa marque Wild Thing sait parfaitement transmettre ces histoires et même les honorer. Dans son atelier, les essences sont déclinées, colorées, texturées et toutes uniques. Sa matière première demeure brute, belle, aussi complexe que la nature, et il arrive à la façonner en “objets sauvages” du quotidien.
J’ai eu la chance de découvrir son atelier à travers un reportage photo, et il a accepté de se prêter au jeu de l’interview pour ma rubrique “la vraie vie”

___

Let the wood tell its story. It seems awkward when you express it like this, but it’s true: wood can tell stories. When you observe the grains and the knots of a piece of raw lumber, you contemplate all the life of a tree.
Lorien, the cabinetmaker who founded the brand Wild Thing, knows perfectly how to transmit these stories, and even to honor them. In his workshop, the wood essences appear to be colored, textured and all unique. His raw material is natural, beautiful and as complex as nature. He knows how to shape it and transforms it into “wild things”, meaning everyday objects.
I’ve had the chance to discover his workshop through a photo report, and he has accepted to be interviewed for my blog category “la vraie vie”. 

02light

→ Peux-tu nous présenter ton métier et tes influences ? (es-tu inspiré par l’art, par exemple ?)
Could you tell us more about your work and what influences you?


J’ai une formation d’ébéniste, je crée donc du mobilier et je réponds à des besoin d’agencement intérieur pour des particuliers et des professionnels.
Je suis essentiellement influencé par la nature que j’essaye de respecter au maximum.
J’ai aussi une attirance particulière pour le style minimaliste que l’on retrouve notamment chez certains artistes et artisans anglo-saxons.


I’ve followed a woodworking training course, so I create furnitures and I respond to the requirements of interior layouts for private individuals and companies. I’m influenced by nature that I try to fully respect.
I also love minimalist design that is often present in the works of Anglo-saxon artists. 

 

01

→ As-tu une journée type ?
What is your typical day like?


Je n’ai pas vraiment de journée type, et c’est tant mieux car je suis effrayé par la routine. 

Lorsque les projets s’enchaînent, la façon de les préparer, les matériaux que j’utilise, les opérations pour les réaliser varient énormément. Du coup, même si techniquement je suis dans mon atelier à me servir des mêmes machines et outils, j’ai rarement la sensation que les journées se ressemblent. 


I don’t have a typical day, and it’s all for the best as I’m afraid to be stuck in routine.
When projects come one after another, my schedule changes every day: the way I plan them, the materials I use, the processes to make them. So, even if I’m always in my workshop and I use the same machines and tools, I don’t feel like every day is the same.

→ As-tu des petites habitudes lorsque tu travailles ? (travailler en musique, par exemple ?)
What work habits have you developed?


La musique ! C’est la première chose que je fais en arrivant dans mon atelier le matin, mettre de la musique. Je ne peux pas travailler sans, c’est essentiel.

I’ve developed a habit of listening to music while I work. The first thing I do when I come to my workshop is to turn the music on. I can’t work without it, it’s essential!

09light

→ Que préfères-tu dans ton quotidien d’artisan ?
What do you most enjoy doing in your daily life, as a designer? 


D’une façon générale ce que je préfère c’est le sentiment de liberté d’être indépendant, même si cela a aussi beaucoup de contraintes.

Il y a aussi les petits plaisirs comme appliquer la finition sur une pièce à laquelle j’ai consacré beaucoup d’heures. Soudain l’aspect final se révèle, je suis à chaque fois ébahi par la beauté naturelle du bois, j’adore ça !

Overall, what I love is the feeling of freedom and independence, even if they imply a lot of pressure. There are also various small pleasures: for instance, during the finishing stage of a piece of furniture to which I spent a lot of time. Suddenly, the final look of the furniture is revealed, and I’m always astonished by the natural beauty of wood, I love it!

12light

→ Sur quoi travailles-tu en ce moment ?
→ What are you currently working on?
En ce moment je termine une commande de planches à découper pour le restaurant d’un hotel new-yorkais. Ils prévoient de servir les clients directement dessus, je suis vraiment content qu’ils les utilisent de cette façon. En plus le restaurant est dirigé par un chef français réputé, ce qui est doublement satisfaisant !

I’m currently completing an order of chopping boards for a restaurant of a New York hotel. They planned to serve food on them to their customers, I really like this way of using chopping boards. On the top of that, the restaurant is managed by a renowned French chef, which is much more satisfactory. 

 

WebsiteFacebookInstagram

Pour les esprits créatifs et adorateurs de la nature seulement : Lisez Art by Nature Magazine. – For creative minds and nature lovers only: Read Art by Nature Magazine.

Comme tout le monde, les réseaux me font (parfois) grogner et lever les yeux au ciel. Et pourtant, aujourd’hui, j’ai envie de vous montrer pourquoi je suis si reconnaissante d’en être une si grande consommatrice. Cela donne peut-être une image étrange de moi, comme si je faisais un câlin à mon ordinateur, mais il est des occasions qui me rappellent leur sens premier : connecter des gens.

Je vous la fais courte : je me demandais, entre deux écrans, s’il existait un média dédié à l’art et à la nature et boom, j’ai trouvé grâce aux réseaux sociaux Art by Nature Magazine. Si tout pouvait être aussi simple.

Créer du lien entre les esprits créatifs et celles et ceux qui sont fasciné(e)s par la nature, c’est le but premier d’Art by Nature Magazine. C’est bien plus qu’une simple ligne conductrice, c’est une envie de faire humblement découvrir différents univers artistiques faisant écho à la nature. Les articles sont rédigés en anglais, et toujours très bien documentés, puisqu’une interview d’un(e) artiste y figure toujours.

J’ai connu à travers ce magazine des illustrateurs, des designers, et des souffleurs de verre capables de travailler et de transformer le verre en n’importe quelle autre matière. Et aujourd’hui, je suis très fière qu’une de mes séries de photographies figure dans ce numéro 10.

Retrouvez ma série Viribus dans le magazine en ligne Art by Nature Magazine. Et non, je ne vous en dirai pas plus concernant ces photographies car je vous laisse lire l’article !

___

As so many people, social networks often make me mad. However, today I’d like to explain to you why I am so thankful to social media. Of course, I may look as if I am actually cuddling my computer, but trust me, there are occasions that remind you the first aim of social networks: to connect people.

Long story short: When I was scrolling on my phone, I wondered if a media dedicated to art and nature could exist, and boom I’ve found, thanks to social networks, Art by Nature Magazine. If only everything could be this easy.

Create a bond between creative minds and the ones who are fascinated by nature is the first aim of Art by Nature Magazine. It’s much more than a simple guiding principle, it’s the need to humbly introduce different artistic visions that echo nature. Articles are written in English and are always well documented since there’s an interview of an artist.

Thanks to this magazine, I’ve discovered illustrators, designers and glass blowers that can turn glass into any other material. And today, I’m really proud that one of my series of photographs are presented in this tenth issue.

Learn more about my series Viribus in the online magazine of Art by Nature Magazine. And of course I won’t tell you anything about these photographs as I want you to read this article!

 

MarieMarchandise_10

FacebookInstagram

Dîtes-le avec Truffaut

Jeudi 8 mars, 10h36, je demande à mon amie: « Tu es chez Truffaut ? »
24 minutes plus tard, le magasin était officiellement ouvert au grand public. Certains avaient noté la date et l’heure de l’ouverture en grand et en rouge dans leur calendrier (le lieu étant déjà connu de tous), d’autres venaient par curiosité et d’autres encore dans l’espoir de transformer leur appartement en petite jungle urbaine.
Les citadins pourront en effet trouver l’essentiel de l’attirail du parfait jardinier : outils élémentaires, accessoires, décoration… Tout est vraiment conçu pour convenir aux différents profils d’horticulteurs (qui sommeillent, parfois, encore en certains).

 

SONY DSCSONY DSC

Qui d’autre que Truffaut aurait pu habiter les lieux ? Avec ces immenses étagères qui s’engouffrent si bien dans les différentes moulures. Pourtant, l’enjeu était de taille : il fallait que la fameuse verrière (si je n’étais pas calme, je dirais « NOTRE verrière », tellement elle est emblématique à Toulouse) soit sublimée. Le pari a été gagné par l’enseigne, tant dans la mise en place des différents corners que dans l’ambiance conviviale créée.

 

 

Malgré les nombreuses personnes présentes, il n’y avait pas d’atmosphère pesante propre aux grands magasins : l’équipe de Truffaut vous guide, vous circulez rapidement entre les différents rayons, et surtout la sensation de respirer est bien là.

 

J’ai été sensible et agréablement surprise de la qualité des différentes variétés de plantes. Je contemple toujours autant ces grandes feuilles, qui semblent peintes à la main, et toutes ces nuances de vert.

SONY DSCSONY DSCSONY DSCSONY DSC

 

Je serais ravie de connaître vos impressions concernant le magasin et mes photographies ! Que vous soyez (ou non) de Toulouse.