Les partenaires de la Slow Fashion Season France – Slow Fashion Season France partners

“Il y a autant de raisons de participer à la Slow Fashion Season que de personnes.” J’écrivais ces mots dans le dossier de presse que je rédigeais en mai dernier pour présenter l’événement. Je retiendrai de ces trois mois que la mode a de nombreuses définitions, plus encore que ce que j’imaginais, qu’elle peut être associée à ce que j’appelais ces “externalités négatives”, qui sont, n’ayons pas peur des mots, des crimes, qu’elle est au diapason des changements positifs qui sont en cours, qu’elle doit être plus accessible encore, et qu’elle est parfois sources d’angoisses car, très souvent, en tant qu’acheteur.acheteuse soucieux.euse, nous avons l’impression d’être impuissants.tes,puisque nous manquons de temps et de moyens et qu’il est donc difficile pour nous de faire des choix durables, sains pour la planète et ses habitants.
C’est dans ma recherche de “qu’est-ce que la mode en 2020”, que j’ai choisi d’établir des partenariats avec des entreprises, médias et marques qui ont accompagné le mouvement de la Slow Fashion Season. 


___

« There are as many reasons as people to participate in the Slow Fashion Season movement” Last May, I wrote these words in the press kit that I’d prepared to present the event. What I will remember about that three months is that fashion has many, many, many definitions, more than I’d conceived. It can be associated with what I called “negative externalities,” which are, let’s not mince words, crimes. It also sometimes echoes society’s current positive changes. It should be more accessible and still pressuring us because we don’t have enough time and financial means as careful and concerned purchasers. So it becomes difficult for us to make conscious choices, healthy for the planet and its inhabitants. While thinking about “what is fashion in 2020?” I decided to make partnerships with companies, media, and brands that take part in this movement.




La mode est également liée à notre créativité. Imaginer, dessiner, calculer, découper, coudre, coller, lorsqu’on la voit sous le prisme de la création fait main, aux créateurs.trices indépendants, la mode est avant tout un travail manuel. A Toulouse, il existe une entreprise dédiée au faire soi-même, pour les particuliers comme pour les entreprises, pour les novices comme les plus expérimentés : Au Boulot Cocotte. Alima et Coline, les deux co-fondatrices, ont à coeur de tisser des liens créatifs avec les acteurs.trices du faire et lesToulousains.nes : elles organisent dans la ville des ateliers et des rencontres, ont mis en place une cartographie du Faire sur leur site, et sur les réseaux sociaux célèbre la créativité de la ville rose avec le #toulousecreative. Avec leur équipe de rédacteurs, elles proposent également quelques tutos et conseils sur leur blog, ce qui est essentiel pour moi quand on se lance dans un projet de couture, de broderie ou d’upcycling textile.

___ 

Fashion is also related to our creativity. Conceive, draw, calculate, cut out, sew, sticking, when seen through the prism of handmade creation and to independent designers, fashion is above all a manual work. In Toulouse, there is a company dedicated to DIY, for individuals and companies, for beginners and the most experienced: Au Boulot Cocotte. Alima and Coline, the two co-founders, want to develop creative links with the ones that make and create in Toulouse and its inhabitants. They organize workshops and meetings in the city, have set up a mapping of the « Makers » on their website, and on social networks celebrate the pink city’s creativity with the #toulousecreative. With their team of writers, they also provide tutorials and tips on their blog, which is essential for me when embarking on a sewing, embroidery, or textile upcycling project.




La mode, et particulièrement la mode durable demande également du temps. Ce serait trop paradoxal que de conserver des réflexes inhérents à la fast fashion (tout choisir trop vite, tout avoir vite) tout en s’intéressant à la mode durable. Tout est dans le nom de l’événement : la mode version “slow”. Cela s’accompagne d’une gestion du temps différente, de pauses et de recherches. J’ai choisi de collaborer avec trois médias, qui, ensemble, touchent un large public et se réunissent sur un point essentiel : la qualité des articles, qu’il faut donc prendre le temps de lire et qui nous permettent de construire notre propre perspective.

ID L’Info Durable est un média qui met en avant les problématiques de notre société tout autant que des solutions pour construire une société durable. S’informer et agir : en fonction de différentes thématiques (environnement, santé, éducation, social, politique…), chaque article présente une information en temps réel accompagnée souvent par des solutions concrètes présentées dans leur rubriques #Tous Acteurs. ID L’Info Durable publie également des guides pratiques qui sont de véritables boussoles et répondent à des questions pratiques, par exemple : “comment avoir un dressing responsable?”

Within the den est un web magazine féminin dont la devise parlante résume la ligne éditoriale : “Rugissez, réagissez”. Fondé par Balkis Hmida, qui est accompagnée d’une équipe de rédactrices, la revue aborde plusieurs thèmes : bien-être, mode et beauté, art et culture, mais également des problématiques de la vie réelle et des dossiers. Within the den s’affranchit des codes et standards “girly” de la presse féminine (qui, pour moi, pousse autant à la surconsommation qu’une remise en question perpétuelle de soi), tant dans la rédaction de ces articles de fond, que dans la présentation de marques et concepts. C’est un regard sur notre société, que les rédactrices du magazine questionnent. Le lien avec les lecteurs et lectrices se prolonge dans le podcast du magazine “Papothé” où Balkis et Simon, co-créateur du podcast, discutent de sujets variés en donnant leur perspective personnelle qui fait écho en beaucoup d’entre nous.

Relief est un site web où Camille Sultra, la fondatrice, présente différents profils de créateurs.trices, artisans et artistes mais également des lectures, des playlists, des outils & articles pour améliorer son bien-être, des recettes partagées ou encore des réflexions autour de sujets variés (environnement, société, etc.). Si les rubriques sont éclectiques, c’est parce qu’elles sont au diapason des lecteurs et lectrices de Relief souhaitant découvrir, s’informer et tout simplement réfléchir. Elle définit Relief Mag comme étant un “un support d’expressions, d’idées et d’envies”. C’est pour cela que chacun trouvera sens dans les articles rédigés par Camille, et dans ce nouvel espace de partage présent sur le web. Le site prend également de nouvelles dimensions, puisque Camille propose au sein de son épicerie des produits sains  pour l’esprit et le corps confectionnés par ses soins. Enfin, Relief c’est aussi des ateliers de cuisine pour les petits & grands gourmands dont l’unique mot d’ordre est le suivant : se faire plaisir. 

___

Fashion, and especially sustainable fashion, also requires time. It would be too paradoxical to keep fast fashion bad habits (choosing everything too quickly, having everything fastly) while dealing with sustainable fashion. It’s all in the name of the event: seeking a slower pace in the fashion industry. This change occurs with new time management, breaks, and research. I chose to collaborate with three media, which together reach a broad audience and share the same common feature: the articles’ quality. Therefore, we must take the time to read, which allows us to build our perspective.

ID L’Info Durable is an online media that highlights our society’s issues and solutions for building a sustainable society. Get informed and take action: depending on different themes (environment, health, education, social, political …), each article presents real-time information often accompanied by concrete solutions given in their #All Actors section. ID L’Info Durable also publishes practical guides that are really helpful tools and answer useful questions, for example: « how to have a responsible dressing room? »

Within the den is a women’s web magazine whose eloquent motto sums up the editorial line: “Take action, be loud”. Founded by Balkis Hmida, who is supported by a team of editors, the media covers several topics: well-being, fashion, and beauty, art and culture, but also real-life issues and issues. Within the den frees itself from the “girly” codes and standards of the women’s press (which, for me, urges us both to overconsumption and being self-conscious). The featured articles and presentation of brands and concepts are always written with a friendly and modern perspective, free from any pressure. The link with their readers continues in the podcast of “Papothé” magazine. Balkis and Simon, co-creator of the podcast, discuss various topics giving their perspective that resonate in many of us.

Relief is a website on which Camille Sultra, the founder, presents different portraits of creators, artisans, artists, readings, playlists, and tools and articles to improve everyone’s well-being. She also shares recipes and reflections concerning various subjects (environment, society, etc.). If the sections are eclectic, it’s because they correspond to the needs of Camille’s readers, wishing to discover, learn, and reflect upon subjects. She defines Relief Mag as « a medium of expressions, ideas, and desires. » This is why everyone will find meaning in the articles written by Camille, and in this new shared space on the web. The website is also taking on new dimensions, as Camille sells healthy products for the mind and body, made by herself, in her grocery store. Finally, with Relief, she plans cooking workshops for small and large gourmets whose only watchwords are the following: have fun and enjoy.







La mode en tant qu’industrie est au coeur d’un schéma complexe: composition du tissus, fabrication, sourcing, exportation, quel est finalement le parcours du vêtement que je souhaite acheter ? Qui l’a fait ? Que veut dire “Made in France” ? Tant dans son empreinte carbone que dans le respect et la sécurité de la personne qui l’a fabriqué, le vêtement, et plus particulièrement son origine demeurent aujourd’hui parfois complexes à analyser. Pour y voir plus clair, comprendre les schéma de conception, fabrication et toutes les autres étapes pour faire venir le vêtement jusqu’à nous, Zei existe. C’est un site web qui recense et classe les marques et entreprises éco-responsables selon des critères bien définis. C’est un panel d’experts qui évalue à travers des données chiffrées l’impact écologique et social d’un vêtement. Zei demeure donc un outil nécessaire contre le greenwashing et pour toutes les personnes soucieuses des vêtements qu’elles portent. Cela répond aux questions : “qui, quoi, où et comment”

___

Fashion as an industry is at the core of an intricate process: fabric composition, manufacturing, sourcing, exporting; what route has taken the garment I want to buy? Who made it? What does “Made in France” mean? Both in its carbon footprint and in the respect and safety of the person who manufactured it, a piece of clothing, particularly its origin, sometimes remains complex to analyze. To analyze it more clearly, understand the design, manufacturing, and other steps to bring the garment to us, Zei happens. It is a website that identifies and ranks eco-responsible brands and companies according to well-defined criteria.  Using figures and data, a panel of experts assesses the ecological and social impacts of the making of a piece of clothing. Zei, therefore, remains a necessary tool against greenwashing and for anyone who cares about the clothes they wear. It answers the questions: “who, what, where, and how” concerning fashion. 



La mode est un héritage vestimentaire, des savoirs-faires que l’on retrouve à travers des coupes, travail des tissus, points de couture et de nombreuses autres techniques encore. Nous pouvons nous inspirer de ce patrimoine vestimentaire, parfois oublié, tout en rendant hommage à la maîtrise de chaque créateur.trice qui a marqué son ouvrage de sa patte. La seconde main et le vintage nous offrent un regard sur le passé, dépendant de chaque perspective personnelle et de comment le vêtement sera porté, avec quoi il sera accessoirisé et personnalisé. C’est ainsi que Marcelle M, le projet d’Ange Minkala, pris forme. Plus qu’une marque vintage sujette aux standards, c’est un service de ventes de vêtements vintage et de seconde main uniquement, mais aussi de meubles anciens et rétros, une friperie et brocante nomade, la création de vêtements uniques confectionnés à partir de fripes, un concept de stylisme “personnal chineur” et l’organisation d’événements autour du vintage. Un projet récent sur Toulouse à encourager !

___


Fashion is about heritage, skills that can be shown through cuts, fabric work, stitches, and many other techniques. We can draw inspiration from this sartorial heritage, sometimes forgotten while paying tribute to each designer’s mastery who has left his / her touch on his / her work. Vintage and second-hand clothing offer us a look through the past, which depends on each personal perspective and how the garment will be worn, accessorized, and personalized. This is how Marcelle M, Ange Minkala’s project, took shape. More than a vintage brand subject to standards, it is a sales service for vintage and second-hand clothing only. It also provides old and retro furniture, it’s a nomad thrift store and flea market, and a unique clothing line made from second-hand clothes. It’s a « personal bargain-hunter » styling concept and the organization of vintage events. Looking forward to seeing more of it in Toulouse! 




Le point commun entre ces différents partenaires, c’est leur ouverture d’esprit, leur transparence et le fait qu’ils et elles posent des questions concernant la mode. Ils offrent aussi des réponses et alternatives, et sont toujours en perpétuelle recherche concernant leur domaine tout en conservant le lien avec leur communauté. Le partage est donc ce qui unit ces différents partenaires, et je vous encourage à les contacter pour toutes questions et suggestions.”

___

These different partners have in common their openness, transparency, and the fact that they ask questions about fashion. They also offer answers and alternatives and are always searching for news and improvements concerning their field while maintaining their community link. Therefore, sharing is what all these partners want to do: information, knowledge, and opinions. Feel free to contact them if you have any questions or suggestions!

« Not your Devil »

Tout a commencé par les créations de Cécile, Manon et Marie. Marie teint, découpe et assemble, Manon imagine, coud et peaufine, Cécile conçoit, modèle et façonne. Toutes trois changent la donne dans les domaines de la lingerie et du vêtement porté, tant dans la délicate dentelle de Manon aux inspirations florales, comme dans les précieux tissus colorés naturellement de Marie que dans les boucles des ceintures de Cécile à la pâte de bronze et aux formes organiques.

Il y a (à peu près) mille et une combinaisons possibles lorsque l’on associe un body, un tissu et une ceinture. Le body, c’est la toile de fond, le tissu, la fluidité, la ceinture, l’encadrement. J’ai donc fait une rapide association et j’ai conclu qu’il fallait vraiment qu’on travaille ensemble. 

___

It all started with what Cécile, Manon and Marie make. Marie dyes, cuts and patches fabrics, Manon imagines, sews and puts the finishing touches on her lingerie, Cécile conceives, models and shapes belts.
The three of them bring beautiful and amazing changes concerning lingerie and clothing: in Manon’s delicate lace inspired by nature, or in Marie’s natural dyed fabrics and Cécile organic shaped belt buckles.
When we associate a body, a fabric and a belt, there are (roughly) a thousands possible clothing combinations. The body is the background, the fabric is the fluidity, the belt is the frame. So, I’ve quickly connected these three elements and their makers together and hit upon this: we should work as soon as possible. 

 

27

 

En imaginant les tenues portées, j’avais en tête des figures mythiques : Athena, Leto, Artemis, et tous ces magnifiques drapés façonnés dans ces statues de déités aux histoires complexes, mais aux caractères toujours francs. Et tout d’un coup, le roman d’Hemingway Le Jardin d’Eden m’est venu en tête, et plus particulièrement le personnage de Catherine Bourne. Et vous allez comprendre pourquoi.

___

When I imagined the different outfits, I had in mind mythological figures: Athena, Leto, Artemis, and all these beautiful drapery cast on these deities statues of complex stories but bold personalities. Suddenly, Hemingway’s Garden of Eden came to my mind. Particularly, the character of Catherine Bourne. And here’s why:

 


La sensualité et le soleil sont les deux points cardinaux de ce roman. Le lecteur n’a d’autre choix que d’adopter le point de vue de David Bourne, romancier à succès dont la femme, Catherine est décrite comme jalouse. Catherine, adoptera, au fil des pages, un caractère dominant, tant dans sa propre affirmation que dans sa relation avec Marita, une jeune femme dont le couple va tomber amoureux.

J’ai lu beaucoup d’analyses à propos de cette oeuvre, mais je n’arrive pas à oublier comment David appelle sa femme : “Démon”. Catherine prend des initiatives, parfois elle s’impose, certes, et lance des remarques salées à son mari. Elle blesse également. Mais sans elle, il n’y a aucune histoire. 

Retrouver ce schéma d’une femme prenant (bien-sûr), trop de place, et d’un mari jouissant de ses interventions tout en la traitant de vile créature est plutôt (très) fatigant. 

___

The novel is a cocktail of sun and sensuality. The reader has to adopt the point of view of David Bourne, a successful writer whose wife, Catherine, is said to be jealous. Throughout the pages, Catherine will evolve and become a dominant character. It is shown both in how she asserts herself with her husband and in her relationship with Marita, a young woman who becomes the love interest of the couple.
I’ve read a lot of articles about this literary piece, but I can’t forget how David calls his wife: “Devil”. Catherine takes the bull by the horns, gains control and sometimes makes barbed comments on her husband and hurts him with her words. However, without her, there’s no story.
Finding again this scenario of a woman taking (of course) too much initiative and room, while her husband both enjoys it and insults her as a vile creature is (really) boring.

 

 

Dans ma recherche d’une histoire à raconter, j’ai pensé que Catherine, tout comme les figures féminines qui lui font écho, est d’abord et avant tout une femme qui fait preuve de force et d’intelligence. Il y a, en effet, beaucoup de qualité dans ces défauts.
Alors, avec les créations de Cécile, Manon et Marie, j’ai souhaité fabriquer les tenues d’une femme, Catherine, Athena ou tout autre personnalité illustrant la puissance et la force que l’on retrouve chez ces figures diabolisées.

___

In my search of a story to tell, I thought that Catherine, as the many female figures that echo her, is, first and foremost a woman who shows how strong and smart she is. Many qualities are reflected on her flaws. So, with the pieces of clothing made by Cécile, Manon and Marie, I wanted to create outfits for a woman, Catherine, Athena or any other personality illustrating the power and the attributes of these devilish figures.

 

08 Ig

Le choix de la modèle fut unique : il s’agit de Laetitia Kitegi. Photographe et modèle, je savais que Laetitia comprendrait cette histoire. Sa capacité à capturer des instants sur le vif se retrouve dans son agilité à exécuter des gestes parfaits. Pas seulement à prendre la pose, mais à incarner et me donner la possibilité de capter le beau et les nuances de cette série.

___

It took me less than a second to choose the model: Laetitia Kitegi. As she is a photographer and a model, I knew she’d understand the story. Her ability to catch moments from life corresponds to how she demonstrates her poise, elegance and she embraces the character. Not only to strike the pose, but to become someone else and giving me the possibility to seize beautiful instants and all the nuances of this photoshoot.  

 

 

“Not your devil” est une série de photographies impliquant cinq femmes, réunies le temps d’une matinée pour parler de Catherine Bourne, mais aussi de tous ces stéréotypes sur les femmes dans la fiction, qui ont un mauvais rôle et sans qui l’histoire ne serait rien. C’est également un hommage à la création textile et aux artisanes qui se consacrent à la mode slow.

___

“Not your devil” is a series of photographs which involves five women, gathered in a morning to talk about Catherine Bourne, but also about the stereotypes that exist against women in fiction, who are the « villain » but without whom the story would be nothing. It is also a celebration of fashion design and a tribute to craftswomen who dedicate their works to slow fashion. 

 

Model: Laetitia Kitegi
Body: Eternel Ephémère
Fabrics: L’atelier Maison
Belts: Ysun Ysun 
Place: Bibliothèque d’Etudes et du Patrimoine, Toulouse

Apprendre avec ID (l’Info Durable)

(Article rédigé en français uniquement, dans le cadre d’un partenariat avec ID l’Info Durable.
Blog post written in French only)

La Slow Fashion Season est surtout une pause, et l’occasion d’apprendre. Concrètement ? Apprendre, cela veut dire remettre en question nos habitudes, peser le pour et le contre, analyser ce que l’on peut changer, savoir ce qui est possible et ce qui demande plus de temps. Critiquer, disséquer, expérimenter.

Ne plus se mettre au pli et changer de mode peut être déroutant, car nous construisons ensemble un monde nouveau et de nouveaux modèles, pas à pas. Chacun doit trouver son rythme et ce qui fait sens.
En guise de boussole, des guides pratiques existent, comme celui d’ID L’Info Durable.
Le média en ligne souligne des solutions éco-responsables innovantes, et propose des pistes pour concevoir et mettre en oeuvre une transition écologique. Son dernier projet ? Le lancement d’Idées Pratiques, un trimestriel qui concentre différentes consignes et conseils à appliquer, pour ne plus se contenter de la théorie. De l’information, on passe à l’action.

Plus qu’un mode d’emploi, “Idées Pratiques a pour ambition de fédérer une communauté de lecteurs désireux de devenir de véritables « consom’acteurs » et d’agir, à leur échelle, pour un monde plus durable.” (ID l’Info Durable).
Dans son troisième numéro dédié à la mode durable, la question principale demeure comment mettre de l’éthique dans nos placards, sans dépenser plus. Des notions comme l’économie circulaire et les achats raisonnés sont présentés, au même titre que des valeurs et des choix, comme celui de préférer la qualité à la quantité. Au programme de ce nouveau numéro :

  • Les enjeux sanitaires, environnementaux et sociaux de l’industrie textile,
  • Des solutions pour faire le tri dans ses placards et donner une seconde vie à ses vêtements,
  • Les enjeux et le mode d’emploi pour avoir recours à la seconde main,
  • Les alternatives éthiques à privilégier pour acheter neuf (matières, labels, etc.),
  • L’expérience d’un journaliste d’ID qui s’est lancé le défi de passer à la mode éthique en un mois

Le tout étayé d’astuces et de solutions pour faire des économies tout en privilégiant des produits éthiques et responsables.

Une lecture indispensable durant cette période, pour celles et ceux qui ont entamé une transition écologique comme pour les plus documenté(e)s et les plus connaisseurs.euses. A mettre dans toutes les bibliothèques (virtuelles !)
Dès le 16 juillet, cette 3ème édition d’Idées Pratiques sera disponible sur la boutique en ligne du site ID, ainsi que chez tous leurs distributeurs partenaires (Jours à Venir, La Maison du Zéro Déchets, Ethicall, We dress fair, etc.).
La page Ulule pour précommander le numéro à tarif préférentiel jusqu’au 15 juillet : https://mobile.ulule.com/idees-pratiques-mode-ethique/?lang=fr

Site web Facebook Instagram

Slowing down

J’en ai parlé sur Facebook, Instagram et même Twitter, et je décide aujourd’hui de prendre un peu de temps pour présenter la Slow Fashion Season sur mon blog.
Depuis le 21 juin, la Slow Fashion Season est lancée. Cette saison, qui durera jusqu’au 21 septembre est l’occasion de ne plus consommer de vêtements provenant d’enseignes de fast fashion.
J’ai découvert cet événement l’an dernier, grâce à Fashion Revolution France. En théorie comme en pratique, j’ai participé sans grande difficulté. Depuis 2018, je souhaite avoir un dressing plus responsable, en achetant uniquement chez des indépendants toulousains : friperies et créations.

L’an dernier, durant la seconde édition de la Slow Fashion Season, j’ai rencontré virtuellement des participants.tes créatifs.ves, manuels.lles et sincères dans leurs démarches. C’est cet esprit de partage et cette envie de faire bouger les choses qui m’a motivée pour postuler comme ambassadrice.

___

I introduced it on Facebook, Instagram and even Twitter, and I would like to take time now to present the Slow Fashion Season on my blog.
Since June 21st, the Slow Fashion Season has started. This season, which continues until September 21st, is an occasion to stop consuming clothes from fast fashion brands and major retailers. Both in theory and in practice, it was not difficult for me to participate. Since 2018, I’ve decided to have an ethical wardrobe by buying only clothes from Toulouse’s independent fashion retailers: vintage stores and ethical fashion designers.

Last year, during the second edition of the Slow Fashion Season, I’ve virtually met participants who were creative, handy, and genuine. It was exhilarating. My motivation stemmed from their willingness to take and stand and to make a change. This is why I apply to become an ambassador.

Devenir ambassadrice, signifie pour moi soutenir des indépendants, qui sont de véritables alternatives à la fast fashion. Comme je travaille uniquement avec des gérants.tes de friperies et marques locales, j’ai eu l’occasion de découvrir des fragments de leur quotidien. Mais je veux aller plus loin. J’aimerais mettre en avant (comprendre : entourer, surligner, souligner, encadrer) leurs parcours, leurs quotidiens et discuter avec elles.eux de différents sujets. Comment ? En créant un podcast, uniquement pour cette saison.
Pour que personne ne se sente mis de côté durant la Slow Fashion Season, j’ai créé un Google Doc, pour lister ces commerces préférés.

La Slow Fashion Season est également un retour à la création et donc à la réparation et aussi au DIY. La mode étant un domaine créatif, je suis persuadée que je vais apprendre de nouvelles astuces, techniques et savoir-faires. Si vous souhaitez partager les votre, rejoignez le groupe FaceBook.  

Enfin, et si on donnait la tendance ? J’ai envie de créer un moodboard dédiée à la création Toulousaine. Pour cela, il suffit de m’envoyer une photo d’un shooting avec : le nom de la marque, la date, le nom de la / du modèle et toutes autres personnes ayant participer au shooting : maquilleuse.eur, directeur.trice artistique, bijoux etc. 

___

Becoming an ambassador means, to me, supporting independent and ethical brands that are alternatives to fast fashion. As I work mainly with vintage store owners and independent fashion designers, I was aware of the challenges they face. Notwithstanding, I had only a few glimpses of their lives. I wanted to go further. To do more. Now, it’s time for me to call attention and to take time to talk about their daily lives, the issues that are inherent to their jobs, and to different topics related to fashion. How? By creating a podcast, for this season only. In order not to set anyone aside, I made a Google doc, to list your favorite brands and shops (in French)

The Slow Fashion Season is also a way to focus on thematics like creativity and creation. These two topics are the basis of fashion, to me, and I’m pretty sure I will learn new design techniques, savoir-faire and tips. If you want to share yours, feel free to join the Facebook group.

Finally, what if we start a fashion trend and celebrate clothing made in Toulouse? I’d like to create a moodboard dedicated to clothes made in Toulouse and to amazingly valuable items we can find at local vintage stores. If you’re up to it, send me a photograph of a photo shoot, with different information: brand or store name, model names, and names of everyone who participated in the photo shoot: makeup artist, art director, jewel brand (for instance), etc.

Cette saison s’accompagne avec un rythme plus lent (mais pas moins efficace). Celles et ceux qui me connaissent savent que j’ai parfois du mal à lever le pied, alors que cela m’est nécessaire. Il aurait été paradoxal, je crois, de parler de “slow”, tout en ayant une cadence effrénée. Je vais, bien-sûr continuer mon activité de photographe, et, je pense, passer moins de temps derrière les écrans, et plus à imaginer de nouveaux shootings, préparer des interviews, et faire en sorte que cette saison soit belle.

Et pour vous, que signifie la Slow Fashion Season pour vous ? Avez-vous adopté un mode de travail plus lent ? 

___

During this season, I will also work more slowly and mindfully, as I think it’s probably the essence of Slow Fashion Season. It doesn’t mean that I will be less productive and efficient, but that I will simply turn down the pace. The people who know me are familiar with my difficulty to ease up on the throttle, although it’s necessary for me. It would have been paradoxical, I think, to be part of this movement while keeping a fast paced work life. Of course, I’m still a photographer, yet I will spend less time behind screens. I’ll plan new photoshoots, prepare interviews and make sure that this season is a wonderful one. 

What about you? What does Slow Fashion Season mean for you? Did you slow down your work pace?

 

contentcom.cprextract.rarzip.providerexternal_filesAndroiddatacom.cprextract.rarzipfiles_rartemp_open_1594140929068Hand